La retraite - Abbaye de Cîteaux

Je suis allé directement de Taizé à ma prochaine destination qu’était l’Abbaye de Cîteaux, située entre Dijon et Beaune, pour y séjourner également une semaine. La desserte en transport en commun m’obligera à prendre 1 bus, 2 trains et marcher 8km depuis la gare la plus proche. Les 6h de trajet (pour une distance « à vol d’oiseau » de 90km) m’ont permis de faire la transition et de me préparer progressivement pour cette nouvelle semaine.

 

L’abbaye de Cîteaux est le berceau de l’ordre monastique (catholique) cistercien fondé en 1098. L’organisation de la vie sur place est fixée par la règle de Saint Benoît, cette dernière aurait été rédigée par St Benoit de Nursie au VIeme siècle, elle a d’ailleurs permis la création de l’ordre monastique bénédictin dont l’ordre cistercien est issu.

 

C’est donc dans un lieu chargé d’Histoire et d’histoires que j’ai vécu durant une 1 semaine. Cette immersion était certes limitée dans le temps, mais j’ai à cœur dans ce projet de compléter mon vécu avec celui des personnes qui vivent dans ces environnements au quotidien. C’est ainsi que j’ai eu la chance d’échanger une heure par jour avec un des moines de la communauté.

 

 

 

 

 

Accueilli chaleureusement, les moines m’ont également permis de partager une partie de leur quotidien dans la prière et le travail à la fromagerie monastique. Parmi les activités de la fromagerie il faut notamment retourner quotidiennement et à la main plusieurs milliers de fromages (un fromage de type reblochon) afin de les frotter avec de la saumure (eau fortement salée) pour en accélérer et homogénéiser leur maturation. 

 

Au sein de la communauté (des moines), la vie est donc rythmée par la règle (de St Benoit – la même depuis le VIeme siècle !) et équilibrée entre la prière, la lecture des textes sacrés et le travail (à la fromagerie mais pas que). La première des 7 prières quotidiennes débute à 4h (prière appelée « les vigiles ») et la dernière se termine à 20h30 (prière appelée « les complies »).

 

En ces lieux le temps est respecté non pas pour ce qu’il est mais pour ce qu’il représente, il permet en effet, pour les moines, de répéter, dans la journée, leur engagement envers Dieu mais aussi de se préparer pour le reste de la journée ou pour la nuit. A première vue vivre selon des règles précises peut être vu comme contraignant. Cependant les moines m’ont expliqué que bien que cela soit en effet le cas, ce mode de vie est en un sens « libérateur » dans la mesure où il n’y a pas à s’attarder sur d’autres possibilités, il permet de se concentrer pleinement sur ce que l’on a à faire.

 

La difficulté pour les moines reste de se renouveler au quotidien afin que cette vie réglée ne devienne pas « pesante » et que ces derniers ne soient sujets à l’acédie (forme de dépression monastique – difficulté à tenir l’engagement - envie de changement). J’ai ainsi pu recueillir bon nombre d’informations/pistes de réflexions que je dois à présent approfondir !

 

C’était une expérience très riche! Les monastères sont des lieux historiques et mystiques, c’est une expérience originale que je recommande !

 

 

Je recommande aussi le fromage de Cîteaux !


Écrire commentaire

Commentaires: 2
  • #1

    Quentin (mercredi, 28 novembre 2018 07:10)

    CFP forever! <3

  • #2

    Alain P (jeudi, 29 novembre 2018 00:03)

    Quand la routine (règle) libère...de la routine (habitudes)!