Et à part ça ?

Vous êtes plusieurs à me demander ce que je fais quand je ne suis pas en train d'expérimenter un nouvel environnement ou une nouvelle culture. Je vous donne quelques explications dans cet article.

 

Préparation - digestion

Si le projet est comme vous l'aurez compris d'étudier notre perception du temps, ce dernier est aussi partie prenante du projet, puisqu’à ce jour la fin de mon temps plein sur ce projet est prévue pour décembre 2019. 

 

L'esprit dans lequel j'ai abordé le projet jusqu'ici a été nourri par des constats antérieurs. En effet, l'enchaînement des expériences (voyages, réunions professionnelles, moments avec la famille ou des amis) sans prendre le temps de revenir dessus, d'en tirer d'éventuelles leçons, de les "digérer" me gênait et pourtant j'avais l'impression de "ne pas avoir" ce temps. La quantité des expériences était privilégiée sur la qualité.

 

C'est pour cette raison que cette année j'ai choisi de sélectionner soigneusement les expérimentations que je voulais faire, de prendre le temps de les préparer et de prendre le temps de les digérer (reprendre mes notes, photos, vidéos). La préparation me demande en effet un temps certain, prendre des contacts, leur expliquer les raisons de ma venue, m'assurer que ma démarche soit comprise, me documenter, prévoir une durée sur place, un hébergement, etc. Cela ne se fait pas sans énergie et sans essuyer de refus ou d'absence de réponse. Lors des expérimentations, mon temps sur place est compté et en fait il commence bien avant d'arriver avec cette préparation. 

 

Vous vous l'êtes peut-être déjà dit, parfois la durée sur place peut être jugée courte pour pouvoir saisir pleinement l'atmosphère d'un lieu. Cependant, pour moi l'expérimentation commence plusieurs semaines avant et, pour la plupart des expérimentations, n'est pas terminée car ces dernières se répondent et s'articulent autour du fil rouge du projet.

 

Des entretiens

En plus des expérimentations où je me déplace plusieurs jours voire plusieurs semaines et où je peux confronter mon vécu à celui des personnes vivant à l'année dans ces lieux, je mène une série d'entretiens. 

 

L'idée est de m'entretenir avec une ou plusieurs personnes préalablement ciblées en fonction de leurs activités. Cet échange a lieu physiquement (souvent à Paris) ou par téléphone. Je cherche ainsi à échanger sur leur vécu, leur expérience, où leurs recherches (en fonction de leurs activités).

 

Au fur et à mesure de mes expérimentations et de mes entretiens j'ai pu développer une sorte de "grille de questions" qui me permet d'avoir un fil directeur commun pour tous les entretiens.

Les questions vont de la durée de leurs activités à leur rapport à la nature en passant par les moyens de communication utilisés. Les grands axes de cette grille de questions devraient constituer les principales parties de ma réflexion.

 

La prise de contact, la préparation de l'entretien, les relances etc. prennent aussi beaucoup de temps. 

 

Depuis le début du projet j'ai notamment pu m'entretenir avec des moines, des spéléologues, une juge, un chercheur de l'INSEP (sport de haut niveau), un spécialiste de la mesure du temps, une personne ayant fait le tour du monde en stop, un apnéiste, des chercheurs (économistes, biologistes). J'en profite pour remercier tous ceux qui m'ont permis de rentrer en contact avec ces personnes!

 

 La rencontre

Comme je vous l'expliquais plus haut j'ai essayé de contacter plusieurs dizaines voire une centaine de personnes depuis le lancement du projet avec plus ou moins de succès. Des bouteilles jetées à la mer qui bien souvent ne reviennent pas mais qui parfois donnent une réponse et une belle rencontre. 

 

Le projet est en réalité rythmé et structuré par la rencontre. Ces réponses, ces rencontres m'orientent et constituent le coeur du projet. J'y trouve des pistes, des réponses à certaines de mes questions, comme j'aurais certainement pu en trouver dans d'autres rencontres.

Ces rencontres auraient pu être autres mais elles sont ainsi et je leurs fais confiance.

 

Expériences /observations

Je prends du temps pour faire des expériences sur ma perception des durées comme m'asseoir face à un mur avec une alarme dans 1h ou 2h, sans avoir le droit de regarder l'heure, en attente de la sonnerie. (avec des résultats intéressants...)

 

J'essaie ainsi de "m'observer" lors de ces expériences mais aussi lors de voyages en train ou dans diverses situations. 

 

Je prends aussi du temps pour observer les gens dans la rue, dans les commerces, dans les transports, etc. Cela nourrit mes réflexions. 

 

Livre/film

Une des raisons d'être du projet est de partager, à la fois mon expérience et le fruit de mes recherches (documentation). 

 

Ces dernières occupent en ce moment une grande partie de mon temps que je passe dans les bibliothèques. Je pars du principe que je n'ai pas de "légitimité" à évoquer certains sujets comme par exemple le temps en philosophie, sujets que je souhaite cependant aborder. Mon travail en bibliothèque me permet de trouver des livres spécialisés que je citerai dans mon livre.

 

Les entretiens et les voyages m'ont permis d'enregistrer des séquences vidéos et des sons qui devraient constituer la base d'un petit film que j'envisage en complément du livre. 

 

A ce stade: le livre serait plutôt centré sur la réflexion, il sera principalement issu du travail de documentation. Certaines pistes de réflexion sont issues des expérimentations, je cherche ensuite à les approfondir en me documentant.

Le film serait plutôt centré sur l'illustration des différentes expérimentations et entretiens en complément des réflexions du livre.  

 

 

 

Ne pas perdre de vue le "pourquoi" 

 

Je passe aussi pas mal de temps sur la remise en question, à faire des allers-retours entre ma progression dans la réflexion et le pourquoi du projet. J'essaie de ne pas me laisser embarquer par "les choses à faire" et de ne pas oublier le caractère exceptionnel de cette année.


Écrire commentaire

Commentaires: 0